30 jours pour… lister le positif

Chaque mois, je me lance un défi qui dure 30 jours.
Pourquoi ?
Mes autres défis
Cet article traite du défi d’octobre 2020.


Pourquoi lister les choses positives dans ma vie ?

Soyons honnêtes : on a quasiment tous tendance à se plaindre un peu trop souvent, se concentrer sur les éléments négatifs plutôt que les positifs. Ou à se demander : « pourquoi toujours moi ?!? ». Je pense être attentif à ce genre de choses, pour essayer d’être plutôt positif. Mais cela ne marche pas toujours. Et donc, on peut se retrouver à broyer du noir trop souvent.

Or, des études récentes montrent que faire l’exercice de lister activement ce qui est positif dans sa vie serait bon pour la santé mentale. Des chercheurs de l’université de Berkeley aux Etats-Unis affirment par exemple que les personnes qui apprécient leur bonne fortune sont plus heureuses et moins déprimées. Il semblerait que ressentir cette émotion de gratitude aide à se libérer de ses pensées négatives. Et permette de se rendre compte que la situation est sans doute meilleure que ce que l’on imagine dans les moments de doute.

Borat, very nice, positive attitude.
Positive attitude is best attitude ! Very nice !

L’expression anglaise utilisée dans ce domaine est « to practice gratitude« . Ce que je trouve difficile à traduire. Le mot gratitude est relativement facile : reconnaissance, ou gratitude (ben oui…). Mais le mot « practice » implique une action spécifique de l’individu, une certaine réflexion active. « Faire acte de reconnaissance » serait alors le plus proche au niveau du sens… Et pour « faire acte », il ne suffit pas « juste » de penser à ce pour quoi on est reconnaissant. Il faut adopter une certaine discipline, et suivre quelques règles.


Comment ça s’est passé ?

Première règle : de la régularité. L’exercice de lister le positif doit être régulier dans le temps pour avoir des effets positifs. En effet, s’assoir à une table pendant 30 minutes et dresser une longue liste pourra être bénéfique pour quelques heures, mais ne changera pas l’état d’esprit à long terme.

Seconde règle : écrire la liste, physiquement. Le format papier est très pratique, et surtout permet de garder la liste à portée de main tout le temps. Sinon, une note sur son smartphone fait très bien l’affaire.

Capture d'écran de mes listes diverses et variées
J’adore les listes ! J’en fais pour tout et rien…

Troisième règle : de la spontanéité. Pour certains défis de 30 jours, j’essaie de me donner un rythme régulier : par exemple, méditer tous les matins après le petit-déjeuner. Mais ici, écrire une chose positive dans sa vie ne prend pas plus de 30 secondes, donc on peut le faire à n’importe quel moment de la journée. De plus, en se permettant d’ajouter une note à la liste en fonction d’une discussion ou activité spécifique, on se donne la possibilité de voir des choses que l’on ne verrait pas forcément en étant en dehors de ce contexte spécifique.

La liste du positif

Je ne partagerai pas ici la liste finale, car certains points sont très personnels. Mais je peux en partager certains éléments. Evidemment, certaines choses m’ont paru être hyper évidentes dès le début : je suis en bonne santé générale, je suis né dans une famille stable, dans un pays développé, j’ai eu de la chance au niveau professionnel, j’ai des amis et relations épanouissantes… Autant d’éléments qui sont venus assez rapidement, dès les premiers jours.

Mon passeport, et par extension ma nationalité, est sans doute la pièce centrale qui permet le plus de choses positives pour moi.
Mon passeport, et par extension ma nationalité, est sans doute la pièce centrale qui permet le plus de choses positives pour moi – crédit photo

Après ce premier groupe de choses positives autour de moi, j’ai pourtant ressenti une angoisse : je n’étais pas sûr de trouver au moins une nouvelle chose chaque jour. Je pense que je cherchais trop à lister des choses majeures : santé, travail, etc… Et en fait, l’exercice de gratitude quotidienne prend tout son sens lorsque l’on a listé les éléments de bases. Quand le manifeste est déjà listé, on peut alors se tourner vers le nombre incroyable de petites choses qui sont hyper positives ! Et calquer sa pensée positive quotidienne sur une expérience vécue dans la journée permet d’identifier ces petites choses :

  • J’ai pu cuisiner un bon petit plat à midi ? C’est parce que j’ai des magasins de qualité pas loin, et le temps de faire une pause de 90 minutes parce que mon employeur n’est pas stressant à ce niveau.
  • Je suis allé voir des amis à vélo ? Le fait que la ville où j’habite soit très bien aménagée pour les vélos aide grandement.
  • Le soir pour me détendre, je peux choisir entre un bouquin, une série Netflix, un vinyl, ou un article à lire en ligne ? Ca me force à reconnaître que le choix moderne de divertissements / médias à consommer est plus pléthorique que jamais.

Au final, j’ai trouvé mes 31 choses positives. Une par jour. Hyper facilement. De l’inconséquent à l’essentiel. Sur le plan comptable, ce défi est un succès parfait.

happy happy happy thoughts
happy happy happy thoughtscrédit photo

Et la suite ?

Je pense que l’exercice de lister les choses positives dans sa vie m’a été extrêmement bénéfique. Il m’a permis de me rendre compte d’un certain nombre de choses :

  1. Si on cherche, on peut très facilement trouver du positif. Il faut faire l’effort être dans un état d’esprit adéquat, même lorsque c’est contre nature, où que l’on passe une journée de merde (par exemple, cela m’aide à relativiser le fait de m’être fait chourrer mon vélo cette semaine… « Ca vaut mieux que de se casser une jambe, hein ! »).
  2. Sur 31 éléments de ma liste, 13 sont complètement hors de mon contrôle. Je suis né en Europe de l’ouest, c’est HYPER positif, et j’ai juste eu de la chance. Pareil pour le fait d’avoir une famille aimante : je n’ai rien fait pour le « mériter »… Bref, cette liste donne un peu de perspective sur le fait que la chance joue un rôle beaucoup plus grand que l’on ne l’imagine parfois.
  3. Certaines des choses positives listées sont tout de même des conséquences de décisions que j’ai prises. J’ai décidé d’arrêter la clope, de faire du sport, de mieux manger, etc… Faire cette liste aujourd’hui valide tous ces choix, pas toujours faciles sur le moment, que j’ai fait par le passé.

Je ne continuerai sans doute pas cet exercice en permanence. Le risque de redondance est réel, et les effets positifs sont déjà là. Mais je n’hésiterai pas à le reprendre dans le futur si je traverse des périodes moins fun. Et je le recommande vraiment à tout le monde de s’y essayer, ne serait-ce que pour 30 jours !

Partage cet article :

Laisser un commentaire