30 jours pour … apprendre à méditer

Chaque mois, je me lance un défi qui dure 30 jours.
Pourquoi ?
Mes autres défis
Cet article traite du défi d’août 2020.


Pourquoi apprendre à méditer ?

En cet été 2020 si stressant, je continue avec les défis de type « spirituels », voire new-age… Après le défi de 30 jours de yoga (qui avait été un échec cuisant…), la méditation semblait une suite naturelle. Les deux pratiques sont souvent associées, et les adeptes de l’une font souvent aussi preuve de prosélytisme pour l’autre.

La méditation est censée apporter paix intérieure et équilibre émotionnel. Souvent pratiquée dans un cadre religieux (chez les bouddhistes, maoïstes, hindous ou autres chrétiens), la méditation peut aussi être vue comme une pratique thérapeutique, utile pour apaiser un esprit distrait ou meurtri. Les bienfaits de la méditation seraient en effet nombreux :

  • Réduction du stress et de l’anxiété,
  • Amélioration de la concentration,
  • Augmentation des sentiments positifs,
  • Pouvoir crâner en montrant des photos de sa retraite à Bali d’il y a deux ans…
Apprendre à méditer pour atteindre le nirvana ! Photo - David Brooke Martin
Mon but ultime : atteindre le nirvana ! Photo – David Brooke Martin

En outre, la méditation a le vent en poupe dans les cercles de jeunes urbains, hipsters branchouilles, ou autres employés de la tech que je fréquente régulièrement… A croire qu’ils ont besoin de se ressourcer à force de passer 8 heures par jour à changer le mondeTM ! Et j’entends parler de méditation absolument partout… Orientalisme forcené dans bon nombre d’oeuvres culturelles contemporaines, les nombreux aller-retours que j’ai fait vers San Francisco (le temple occidental de la méditation), et même les podcasts que j’écoute sont émaillées de références…

Bref, il fallait bien que je m’y essaye un jour ! Je vais apprendre à méditer. En 30 jours, évidemment. 😉


Comment ça s’est passé ?

Ce défi a commencé le 1er août, alors que j’étais en vacances. Du coup, je me suis dit : parfait, je serai moins stressé par le boulot, j’aurai plus de temps à y consacrer, je vais me trouver un super petit coin pour méditer à l’aise. Et en effet, je me pose avec cette vue là :

Petit coin parfait pour méditer, sur la côte irlandaise...
Petit coin parfait pour méditer, sur la côte irlandaise…

Le bruit des vagues, les mouettes, personne dans les parages… l’endroit idéal !

Je m’assois, je ferme les yeux, et je commence ma méditation, tout en m’imprégnant des bruits qui m’entourent.

Et là : impossible ! Je pense à un milliard de truc, je peux pas de me concentrer… Mais, au fait : me concentrer sur quoi, exactement ?

La méditation, c’est pas plutôt le fait de ne se concentrer sur rien, faire en sorte que son cerveau ne se fixe sur aucune idée ?

OK, ouais, ça doit être ça. Alors, je recommence, mais cette fois-ci, je me dis : je ne me concentre sur rien !

Mais se concentrer sur rien (me dis-je en rouvrant les yeux après quelques secondes, conscient d’avoir eu une illumination soudaine), c’est déjà se concentrer sur quelque chose, non ?

Ah mais non, je me souviens : je dois me concentrer sur ma respiration ! Je suis con…

Bon… Cette fois-ci, c’est la bonne…

Inspiration…

Expiration…

Inspiration…

J’ai bien fermé la porte de la voiture en partant..?

Expiration…

Inspiration…

Je crois que oui, je vérifie toujours trois fois…

Expiration…

Inspiration…

BON, ELLE M’EMMERDE CETTE MOUETTE A PIAILLER A 2 METRES DE MOI ALORS QU’ELLE A DES KILOMETRES DE CÔTES POUR ALLER FAIRE SON BOUCAN PLUS LOIN !!

Mon pire ennemi... Un jour, je vous raconterai comment je me suis fait voler mon croissant par l'un des ces regrettables animaux
Mon pire ennemi… Un jour, je vous raconterai comment je me suis fait voler mon croissant par l’un des ces regrettables animaux… Photo – Hasan Destici

Apprendre à méditer en 30 jours

Bon, en gros, pas de secret : la méditation, ça ne s’improvise pas, il faut apprendre un ensemble de techniques. Parce que nos esprits tournent à 100 à l’heure en permanence, et que se calmer, respirer, adopter une approche réflexive et consciente sur ses propres pensées, c’est pas naturel du tout pour un novice !

Alors je me suis dit que j’allais utiliser un coach ! En effet, une approche très populaire pour apprendre les bases est de suivre des sessions de méditation guidée. Avoir une personne qui aide à savoir quoi faire, quand le faire, et quels exercices spécifiques suivre.

Mais entre la nécessité d’une grande distanciation sociale (causé par la crise sanitaire du covid) et la misère généralisée dans les contacts humains (causée par l’incapacité d’une génération entière à agir normalement en public), un peu compliqué de trouver un professeur en chair et en os. Et puis, honnêtement, quoi de mieux qu’une appli !! Du coup, j’ai choisi Headspace, mais je sais qu’il y en a bien d’autres sur le marché pour apprendre à méditer (entre nous, un peu difficile de prendre au sérieux une app qui promeut John Legend en tant que Chief Music Officer… mais j’ai fait avec).

Headspace : John Legend est le Chief Music Officer qui va vous apprendre à méditer...... :/
Chief Music Officer…… :/

L’application est simple à prendre en main, aucun souci de création de compte, et une offre débordante de sessions à suivre. J’ai lancé le premier cours, au nom rêveur de « Basics« , sélectionné la durée (3, 5, ou 10 minutes) et roulez jeunesse ! On suit les instructions données par l’instructeur, avec sa voix douce et sucrée, avec des phrases qui finissent… sans… intonation… de fin de phrase…

  • « compte tes respirations »
  • « tente de ressentir ton diaphragme qui monte et descend avec les respirations »
  • « pense successivement à toutes les parties de ton corps, des cheveux jusqu’aux orteils » (le body scan)
  • « concentre toi sur les bruits qui t’entourent »
  • etc…
L'appli Headspace, listant les techniques utilisées pour apprender à méditer
L’appli Headspace, listant les techniques utilisées dans une session de méditation

Les cours sont vraiment bien faits. En permettant de faire des sessions courtes, l’appli favorise la régularité, et il y a (évidemment) un système de statistiques qui permettent de voir les progrès effectués. A noter que ça ne va pas très loin dans la gamificiation, mais c’est sans doute car implémenter un système addictif dans un service dédié à la méditation serait louche… 😀


Et la suite ?

Au final, j’ai médité quasiment tous les jours, et j’ai apprécié le processus. Beaucoup plus que je ne le pensais, en tout cas. Sans doute parce que les sessions étaient très courtes, par rapport au yoga par exemple. Entre le café du matin et l’ouverture de la boîte mail, facile de trouver 10-15 minutes. 🙂 Et j’ai senti un effet positif sur mon humeur : j’ai été plus positif que je ne l’aurais cru pendant ce mois d’août.

Surtout, j’ai trouvé que cela me permettait de commencer ma journée de boulot détendu. En ces temps où je travaille depuis chez moi, la séance de méditation a pris la place des 10 minutes de marche que j’ai normalement à faire pour aller au boulot (oui, je sais, vivre si près de son lieu de travail est un privilège immense !). Et avoir cette séparation temporelle entre le petit déjeuner et la journée de boulot est vraiment appréciable.

Télétravail pendant la pandémie de covid en 2020, sur une table à repasser.
Surtout quand ton bureau ressemble à ça à la maison… :'(

Je vais donc tenter de continuer la méditation au-delà du défi de 30 jours, mais seulement les jours de la semaine. Et au moins tant que les bureaux n’auront pas rouvert. Ces 10 minutes journalières sont salutaires pour ma santé mentale ces jours-ci. Et puis je pourrai sans doute les combiner avec quelques séries de pompes avant ou après ! Je suis même assez curieux de nouvelles techniques avec le temps. Affaire à suivre…

Partage cet article :

2 réflexions au sujet de “30 jours pour … apprendre à méditer”

Laisser un commentaire