Comment sont designés les lieux du loisir et du tourisme ?

La Fabrique du Bonheur
par Virginie Picon-Lefebvre

Pourquoi certaines stations de ski sont faites de barres de béton alors que d’autres sont un enchevêtrement de chalets typiques au pied des pistes ?
Comment les routes ont été dessinées pour accommoder les flots grandissants de touristes ?
Pourquoi le Disneyland original, en Amérique, imite l’Europe alors que Disneyland Paris, en Europe, imite le grand Ouest américain ?

Autant de questions auxquelles Virginie Picon-Lefebvre, enseignante et chercheure en architecture, tente de répondre dans cet ouvrage. Je ne m’étais moi-même jamais posé ce genre de questions, malgré le fait que je voyage beaucoup. Mais si on reprend la définition de tourisme – le fait de voyager pour son plaisir hors de ses lieux de vie habituels – on comprend vite que ces lieux doivent en effet être pensés différemment des lieux de vie normale. Surtout depuis l’apparition du tourisme de masse, qui influence bien plus les paysages et les habitants que lorsqu’uniquement les plus privilégiés pouvaient se permettre la villégiature…

C’est ce design spécifique que l’on va découvrir ici.


Le voyage par procuration

Le lecteur va s’engager dans un grand voyage, au rythme de l’évolution des habitudes touristiques de ses aînés. Les besoins d’aménagement ont fortement évolué au cours des XIXème et XXème siècle, et les architectes contemporains de ces évolutions ont innové en fonction. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on va voir du pays ! On passe de la côté d’azur à la montagne. De la Floride à Dubaï. Du centre de Paris à la Grande-Motte… Les exemples sont très nombreux, et les illustrations aussi. Cela facilite grandement la compréhension de certains concepts. Car en effet, le texte peut parfois être assez complexe. En effet, le travail de recherche semble important ici, avec une bibliographie bien fournie. Des experts en architecture pourront me dire si le travail académique est sérieux. Mais en tant que novice, je n’en doute pas une seconde.

J’ai beaucoup aimé me balader dans les 4 coins de la France lors de cette lecture. J’ai pu reconnaître certains lieux, me rappeler certains souvenirs d’enfance, et imaginer les lieux de mes futures expériences ludiques. L’aridité passagère du texte n’a finalement pas été un repoussoir constant, comme j’en avais un peu peur au début de la lecture.


L’objet lui-même est superbe

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas eu entre les mains un bouquin aussi agréable à tenir. Le sujet s’y prêtait bien, certes, mais un soin particulier a été apporté à tous les détails :

  • format large (16,50 x 24,00 cm),
  • grandes marges, le texte ne disparaît pas même avec une faible ouverture,
  • papier agréable au toucher, un peu glacé,
  • impression des photos en couleurs,
  • beaucoup d’images pour illustrer le propos (peut-être 1 page sur 4 au total).

Le résultat est excellent, et a rendu la lecture vraiment agréable… On pourra me dire que beaucoup de livres présentent des formats similaires. Mais comme je ne lis quasi que des poches… J’ai été agréablement surpris !

L’objet est lui-même vraiment beau et agréable à feuilleter. La Fabrique du Bonheur – Virginie Picon Lefebvre

Structure ? Quelle structure ?

Petit bémol, parce qu’il en faut bien un : le livre présente une structure assez… explosée…

7 chapitres reliés par le fil rouge du loisir ou du tourisme, mais qui n’ont pas grand chose à voir les uns avec les autres : stations de ski, routes, Dubaï… Je vois presque chacun de ces chapitres comme un essai indépendant. Et si certains sont confus et touffus, pour spécialistes (notamment celui sur les villages de vacances, certains autres sont vraiment passionnants ! La durabilité de l’architecture d’un village olympique n’est pas un sujet que j’imaginais si intéressant… 🙂

Partage cet article :

Laisser un commentaire